Le manifestant

Manifestant : Citoyen, parfois muni d’un haut-parleur, qui a le besoin de vous hurler sa colère. Celui qui rejoint ses amis, tous aussi haineux les uns que les autres, au moins une fois par semaine, pour venir défiler dans votre ville. Par centaines, par milliers, ils viennent boucher la circulation et troubler vos activités du week-end, après votre dure semaine de labeur. En résumé donc, un « Brailleur », venu bousillier votre doux week-end, tant mérité.

Bien le bonjour ! Voici effectivement la caricature de certains de ces manifestants que vous voyez, depuis plus de six mois, dans vos rues  – pardonnez-nous – nos rues. Fort heureusement, cette définition se réfère à une faible minorité de ces manifestants.

Pour la première fois dans les rues pour un grand nombre d’entre eux, notons que ces respectables militants sont engagés pour la cause pacifiquement, de manière réfléchie, avec des arguments solides et des craintes légitimes. Ô qu’ils aimeraient gentiment profiter de leur week-end eux-aussi. Oui, eux aussi travaillent durant la semaine. Et ils payent leurs impôts, tout comme vous.  Pour autant, force nous est de constater que pour certain, l’engagement signifie quelque chose ; cela leur est même nécessaire.

Parmi eux, des honnêtes gens ayant perdu leur emploi, par simple refus de se contraindre à ce qu’il leur est imposé. Des individus qui ont vu leurs droits abîmés, bafoués, supprimés. Nos soignants, après avoir passé plus d’une année au front face à cette « pandémie » ; « Sac poubelle sur la tête et c’est parti ! ». Certains, dans les débuts de la pandémie, devaient dormir à l’hôtel, à leurs frais, par manque d’information et par peur de contaminer leurs proches. Et pour quel résultat ? Un plan social à moindre coûts. Des centaines, voire des milliers de soignants licenciés, hier héros – aujourd’hui zéros – et qui désormais se font cracher au visage par nos décideurs et quelques-uns d’entre vous.

De nombreux manifestants passent le plus clair de leur temps libre à organiser des actions. D’un marché de noël pour les enfants dans lequel aucun passe sanitaire n’est demandé ; à une remise des cadeaux pour les enfants de ces personnes qui ont perdu leur travail et qui n’ont plus de quoi payer à leurs enfants un Noël convenable ; en passant par des impressions de tracts,  flyers, stickers, pancartes, banderoles, à leurs frais dans le but de vous informer des vrais dangers de ce qui est en train de se mettre en place ; nombreuses sont les opérations d’oppositions à la situation délétère et les mesures iniques imposées.

Vous en conviendrez, les oppositions, pour la plupart mesurées, se font rares dans les médias dominants. Et pour autant, nombreux sont les médecins, professeurs, soignants, avocats, philosophes, chercheurs, et autres qui tentent de vous avertir. Hélas, la censure étant plus présente que jamais, ils sont peu entendus.

Mais revenons-en à ces manifestants. De tous bords – de gauche comme de droite ; de tout âge – des jeunes (pas assez, merci les réseaux sociaux) et des moins jeunes ; de toute consistance – des révolutionnaires, des inconditionnels, des engagés, des timides, des personnes qui se sentent seules, parfois en profonde détresse – mais qui ensemble, font front ! Coude à coude, en encaissant les coups et en laissant leurs opinions de côté, ils estiment que l’heure est grave. Il n’est plus question de sanitaire.

Pour conclure, ces manifestants, ces citoyens, êtres humains avant tout, investissent de leur temps, de leur argent, et de toute leur énergie pour ce qui compte vraiment : la liberté. Respectons ce choix, ou à défaut, essayons de l’entendre, de le comprendre pour que, plus jamais, l’histoire ne se répète. Et pourquoi pas même, écrire une nouvelle page de l’histoire telle que le peuple l’entend vraiment.

DEFINITION

Vaccin :

1. Substance d’origine microbienne qui, administrée à un individu ou à un animal, lui confère l’immunité à l’égard de l’infection déterminée par les microbes mêmes dont elle provient et parfois à l’égard d’autres infections(1).

2. Substance microbienne analogue, mais utilisée dans un dessein curatif et non plus préventif(1).

3. Ce qui immunise contre un mal, un danger(1).

Source : (1) Larousse. (s. d.). Vaccin. Dans Dictionnaire en ligne. Consulté le 21 janv 2022 sur www.larousse.fr/dictionnaires/francais/vaccin/80859

5/5
fichier-pdf

Laisser un commentaire