«Variant», «Formes graves»,
«Asymptomatique» – Kézako ?

Comme le dit Robert Kennedy Jr : « Les gouvernements aiment les pandémies pour les mêmes raisons qu’ils aiment la guerre. Parce qu’elle leur donne la possibilité d’imposer à la population des contrôles que celle-ci n’accepterait jamais autrement. »

Nous devons l’avouer, nous ne sommes pas des scientifiques. Pour autant, quelques notions nous sont accessibles. Effectivement, jamais dans l’histoire, une hystérie d’une telle ampleur avait éclatée. Avant toute cette supercherie, seul le mot « variant » était porté à notre connaissance.
Nous avions notion, en effet, que pour subsister, un virus mutait, allant de variants en variants de plus en plus contagieux quoi que de moins en moins létaux. Nous savions également – et les plus grands virologues l’attesteront – que
la vaccination de masse ne se fait jamais en période de contagion puisqu’elle favorise l’émergence de variants. C’est effectivement à cause de la vaccination que nous apprenons l’alphabet grec, et celui qui dira que c’est à cause des non-vaccinés n’a pas pour volonté, par intérêt, que nous sortions de cette crise.

« Variant », ok. Mais de nouveaux termes émergent : « Asymptomatique ». Pourtant, l’idée que des personnes en bonne santé mettent en danger les autres simplement en respirant est la plus grande fraude de l’histoire. Il en va de même pour le culte de la « forme grave », au point que certains pensent qu’ils vont « attraper une forme grave ». Comprenez bien qu’il n’y a pas de forme grave mais simplement des systèmes immunitaires plus combatifs que d’autres, l’âge étant un facteur important.

Avec le recul, et quand nous commençons à pousser un peu la recherche, et par « pousser un peu » nous voulons dire plus loin que ce que nos médias nous rabâchent ; nous pouvons affirmer que le Covid est une maladie plutôt bénigne, pas bien pl s grave qu’une grippe, mais pour le compte de laquelle nous avons joué à la Testomania (politique de test n’ayant aucun sens, peu fiable, voire dangereuse) et à la propagande massive. Et pourtant ! Il se trouve que si l’on est en bonne santé, pratiquant une activité sportive, ayant une alimentation équilibrée et variée, et un bon mental (la peur étant un immuno-dépresseur naturel), le système immunitaire peut combattre ce virus aisément. Un système immunitaire dont on ne parle quasiment plus manifestement.

Pourtant, l’immunité est un mécanisme qui permet de lutter contre un virus durant plusieurs années (depuis quand seulement 4 mois ?), qui s’entretient et que l’on peut booster avec la prise de Vitamine D par exemple. Vitamine que le gouvernement tente par ailleurs d’interdire(1), comme de nombreux autres médicaments ayant prouvé leur efficacité tels que l’ivermectine, l’azithromycine et l’hydroxychloroquine.

Les autorités sanitaires, en jouant les ignorants vis-à-vis des traitements précoces, peu rentables, se doivent de les évincer pour justifier la nécessité de vacciner au plus vite l’ensemble de la population (femmes enceintes comprises, elles qui d’ordinaire n’étaient pas autorisées à manger un bout de fromage à pâte crue, peuvent aujourd’hui se faire injecter par trois fois un produit inconnu).

Nous avons été bombardés pendant 2 ans d’informations anxiogènes, de symptômes soit- disant hors du commun. En parallèle, nous avons été cloîtrés, entraînant un affaiblissement de notre système immunitaire puisque moins confrontés aux virus qui nous entourent. Et enfin et surtout, on nous a fait peur, au point que l’on nous a fait oublier que l’on pouvait être malade. Pourtant, nul doute que l’être humain tombe malade et ce, assez régulièrement. Pour autant, et dans la majorité des cas, cela ne porte pas à conséquences puisque c’est un processus naturel face à nos rencontres avec bon nombres de virus et de bactéries au cours de notre vie.

D’après les gouvernements, le covid est une maladie gravissime. Pour autant, nous ne sommes pas scientifiques, mais ce dont nous sommes sûrs, c’est que si nous ne pouvons pas poser de question, c’est que ce n’est pas de la science. Ainsi, la rédaction vous demande :

Si les gouvernements se préoccupaient vraiment de votre santé, pourquoi autoriseraient-ils, entre autres, les cigarettes (8 millions de morts chaque année), l’alcool (2,8 millions de morts), et les perturbateurs endocriniens et pesticides causant cancers et maladies neurodégénératives ? 

Pourquoi laisseraient-ils 45 millions de personnes au bord de la famine dans le monde ? Enfin, pourquoi vous laisseraient-ils conduire (34 778 décès et 72.199 blessées par an) ?

Source :

(1) Ligne Droite. « Dr Alexandra Henrion-Caude et Pr Christian Perronne : « C’est en train de craquer de partout ! ».Publié le 17 janv 2022. Consulté le 26 janv 2022 sur https://odysee.com/@LigneDroiteMatinale:8/LigneDroiteHenrionCaudePerronne:5

DÉFINITIONS

1. Immunité, nom féminin

Ensemble des mécanismes de défense d’un organisme contre les éléments étrangers à l’organisme, en particulier les agents infectieux (virus, bactéries ou parasites).(1)

2. Immunité innée (ou naturelle)

Est une réponse immédiate qui survient chez tout individu en l’absence d’immunisation préalable; elle constitue la première barrière de défense vis-à-vis de divers agents pathogènes et assure un rôle de sentinelle vis-à-vis de l’apparition de tumeurs.(2)

3. Immunité collective, de groupe ou grégaire

Seuil à partir duquel la propagation d’un agent infectieux contagieux (bactérie ou virus, par exemple) est enrayée en raison d’une proportion suffisante de personnes immunisées (par infection naturelle, par vaccination, etc.) dans une population donnée. (Ce seuil est très variable selon la maladie, de 50 % de la population pour la grippe à environ 90 % pour la rougeole).(3)

Source : (1) Larousse. (s. d.). Immunité. Dans Dictionnaire en ligne. Consulté le 26 janv 2022 sur www.larousse.fr/dictionnaires/francais/immunit%C3%A9/41753 (2) Medecinesciences.org. « Immunité innée et immunité adaptative : un flirt bénéfique ? ». Publié le 15 déc 2002. Consulté le 26 janv 2022 sur www. medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2002/10/medsci20021812p1183/medsci20021812p1183.html (3) Larousse. (s.d.). Immunité collective, de groupe ou grégaire. Consulté le 26 janv 2022 sur www.larousse.fr/dictionnaires/francais/immunit%C3%A9/41753#11103211
fichier-pdf

Laisser un commentaire