Klaus Schwab : Le gourou de Davos

Klaus Schwab : Le gourou de Davos

« Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice »

– Montesquieu

« Le bien-être de l’humanité est toujours l’alibi des tyrans »

– Camus

Les « grands » de ce monde sont partis d’un constat assez simple : celui d’une planète atteignant les limites des ressources qu’elle peut procurer face à un trop grand nombre d’humains et des habitudes de vie et de consommation trop dispendieuses.

Sous le couvert d’une vision humaniste ancrée autour du « prendre soin » à la fois de la Terre, mais aussi de la santé des humains, des chefs d’État ou de gouvernement, des ministres, des ambassadeurs et des responsables ou hauts fonctionnaires d’organisations internationales, à l’initiative de Klaus Schwab, se réunissent annuellement à Davos, en Suisse, pour échanger autour de ses thématiques(1). Toutes formées ou presque dans le cadre du Young Global Leaders(2), ces personnalités, que sont par exemple, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Justin Trudeau, ou encore des chefs d’entreprises tels que Mark Zuckerberg, Bill Gates, et tant d’autres(3), se réunissent pour mettre en place ce que l’on nomme aujourd’hui, la Grande Réinitialisation(4).


POUR UN MONDE GLOBAL…
C’est ainsi que né le Forum Économique Mondial (World Economic Forum en Anglais) en 1971 comme étant le rendez-vous des « nouveaux maîtres du monde ». Ces rassemblements ont pour vocation de cibler les nouveaux enjeux et plans d’actions à mettre en œuvre dans la création d’un nouveau monde(5).
 
Les principes semblent clairs ; ceux de défaire les nations et de supprimer l’ensemble des frontières pour aboutir à un multiculturalisme imposé, favoriser le développement d’une globalisation déjà bien ancrée dans nos sociétés occidentales pour que s’enrichissent davantage les grandes multinationales et ainsi détruire toute économie de marché locale, freiner l’accès à la propriété en rendant les États garants des territoires, mais aussi supprimer la monnaie fiduciaire (le liquide) afin de resserrer les moyens de contrôle de la population pour en garantir sa « sécurité ».
 
 
… DANS UN UNIVERS DIGITAL
Comme le dit Yuval Noah Harari, principal conseiller de Klaus Schwab : « Tout idée que les humains ont un esprit et un libre arbitre est terminée »(6). Alors que certains pensent encore que tout ce que nous choisissons est de notre volonté, ce serait, selon lui, un mythe qui nous aurait bien servi pendant quelques siècles mais qui désormais, deviendrait dangereux. Il affirme également que : « dans quelques décennies, lorsque les gens regarderont en arrière, la chose qu’ils retiendront de la crise covid est que c’est le moment où tout est devenu numérique, où nous avons accepté d’être surveillés en permanence, pas seulement dans les régimes autoritaires, mais même en démocratie et peut-être le plus important, cela a été le moment où la surveillance a commencé à se faire sous la peau ». 
 
En effet, empreint d’une véritable volonté de s’inscrire dans l’ère du transhumanisme, Klaus Schwab affirmait lui-même en 2016, que nous aurions d’ici dix ans des puces implantées sous la peau ou dans le cerveau pour établir une communication directe entre nos cerveaux et le monde digital. Son objectif est ainsi de permettre une véritable fusion entre le monde physique, le monde digital et biologique(7). La perversion de ces maniaques du contrôle est sans limite puisqu’ils souhaitent à terme être en capacité de pirater la jeunesse, c’est-à-dire être en mesure de connaître les humains mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes(6). Selon eux, il est inévitable de penser à établir une sorte de loyauté et d’identité globale, mondiale et de répondre à cette grande question politique et économique du 21è siècle qui est : « en quoi avons-nous besoin des humains ? ou du moins, pourquoi avons-nous besoin de tant d’humains ? »(6).
 
En conclusion et comme le dit le Président Emmanuel Macron, « la bête de l’évènement est là, et elle arrive ». Des changements profonds s’établissent insidieusement dans le monde et les conséquences de ces changements restent pour le moment méconnues. Pourtant, il semble difficile de nier l’évidence d’une gouvernance mondiale à venir au même titre qu’il est inacceptable de laisser ces mêmes élites créer en pleine conscience ces mêmes problématiques qu’ils déclarent tâcher de résoudre.
 
Et comme le dit Jean-Christophe Graz dans son ouvrage « Qui gouverne ? Le Forum de Davos et le pouvoir informel des clubs d’élites transnationales »(8) : « Coupés de la société et sans délégation formelle d’autorité à leur égard, plus leur influence sera grande, plus manifeste deviendra le déficit de légitimité du pouvoir informel et privé qu’ils incarnent ».
 
 
À partir de quand des hommes se sont-ils sentis le droit et la légitimité de décider pour nos vies ? Pouvons-nous décemment les laisser faire ? 
 
Source :
(1) World Economic Forum. Consulté le 17 mai 2022 sur https://fr.weforum.org/
(2) Young Global Leaders. Consulté le 17 mai 2022 sur www.younggloballeaders.org/
(3) The Paradise. « World Economic Forum’s “Young Global Leaders” Revealed ». Publié le 8 fév 2022. Consulté le 17 mai 2022 sur https://theparadise.ng/world-economic-forums-young-global-leaders-revealed/
(4) Klaus Schwab, Thierry Malleret. « The Great Reset ». Forum Publishing. Publié le 29 sept 2020. Version française consulté le 17 mai 2022 sur http://reparti.free.fr/schwab2020fr.pdf 
(5) Rair Fondation USA. « L’école de Klaus Schwab pour les dictateurs Covid, plan pour une “grande réinitialisation” ». Publié le 10 nov 2021. Consulté le 17 mai 2022 sur https://rairfoundation.com/exposed-klaus-schwabs-school-for-covid-dictators-plan-for-great-reset-videos/
(6) Rumble. « Yuval Noah Harari, principal conseiller du Forum Economique Mondial ». Publié le 5 avr 2022. Consulté le 17 mai 2022 sur https://rumble.com/vzrxpz-yuval-noah-harari-principal-conseiller-du-forum-economique-mondial.html
(7) Youtube. « L’interview de Klaus Schwab ». Publié le 11 janv 2016. Consulté le 17 mai 2022 sur www.youtube.com/watch?v=IJcey1PPiIM
(8) « Qui gouverne ? Le Forum de Davos et le pouvoir informel des clubs d’élites transnationales ». Jean-Christophe Graz. Edition A Contrario. Page 1. Publié en 2003. Consulté le 1 mai 2022.
fichier-pdf

Laisser un commentaire