Vaccin & virologie : un secret bien gardé

L’histoire des vaccins commence de manière officieuse en 1796 et plus officiellement, près d’un siècle plus tard, en 1879.  Les vaccins, avec l’aide de subventions d’hommes de pouvoir tels que les magnats du pétrole de la Fondation Rockefeller ou le misanthrope Bill Gates par le biais de sa Fondation Bill et Melinda Gates, génèrent des recettes faramineuses au profits des laboratoires pharmaceutiques qui les produisent.

En tenant compte de la complicité des différents gouvernements et docteurs, les laboratoires s’affairent sans relâche à donner une image d’un produit indispensable et sûr aux yeux des différentes populations. En admettant que ces injections soient efficaces, sujet qui fait par ailleurs débat, leur utilité et leur sûreté sont largement contestables. En effet, il a été observé qu’une grande partie des plus importantes épidémies mondiales a été vaincue non pas par recours médical, mais bien par une conscientisation de la population (cf. Le Globe n°6 – Article « Enfants & vaccination obligatoire : de l’inutilité à la rentabilité ». Publié en août 2022).

Par exemple :

 

  • La poliomyélite : apparu en 1907 dans la ville de New York, ce « virus » aurait été isolé par Simon Flexner, médecin, biologiste, professeur à l’université et directeur du Rockefeller Institute, fondation du magnat pétrolier John Davison Rockefeller entre autres(1). Les deux frères Flexner, Simon et Abraham, en usant de leurs influences et avec l’appui politique et financier de la Fondation Rockefeller, qui jouit d’une main mise sur le « Journal of the American Medical Association », se sont démenés à détruire la médecine naturelle. En témoigne la fermeture de leur fait de 50% des 165 écoles de médecine naturelle du pays et le pouvoir accordé au Rockefeller sur les universités de médecine restantes des États-Unis. Aussi, sur la base de recherches infondées, ils ont inventé la discipline de la  « virologie » bien que, Simon Flexner a déclaré lui-même ne jamais avoir isolé un virus : « Nous n’avons absolument pas réussi à découvrir de bactéries qui pourraient expliquer la maladie ; et, puisque parmi notre longue série de propagations du virus chez les singes, aucun animal n’a montré, dans les lésions, les cocci décrits par certains chercheurs précédents, et que nous n’avons pas réussi à obtenir de telles bactéries à partir du matériel humain étudié par nous, nous avons estimé qu’elles pouvaient être exclues de la considération ».

    La polio faisant rage après la deuxième guerre mondiale, il a été prouvé que la cause de la maladie était due à un pesticide, le DDT, utilisé en masse dans l’agriculture mais aussi comme désinfectant contre les poux, produit qu’à rendu phare le gouvernement, à l’aide des médias. Cela était sans compter, en 1952, sur l’investissement du Docteur Klenner et celui des agriculteurs, à l’aide de dose de vitamine C et d’une prise de conscience concernant la nocivité du pesticide, que l’épidémie s’est vue diminuer drastiquement. Cependant les médias et les gouvernements affirment que le mérite revient au vaccin qui a été administré largement quatre ans plus tard, en 1956.

  • Le tétanos : Cette maladie n’est pas un « virus », mais une bactérie et est par conséquent, non transmissible. Pourtant, la généralisation de la vaccination antitétanique est considérée comme étant indispensable par la plupart des pédiatres. De 2012 à 2021, seuls 48 cas de tétanos ont été déclarés en France et 71% de ces cas sont des personnes âgées de plus de 70 ans(2). Il semble important de tenir compte de l’âge avancé des individus ayant attrapé le tétanos. De plus, en ne produisant pas d’anticorps, il est possible d’attraper le tétanos de manière répétée. Le tétanos touche exclusivement des personnes souffrant d’hypoxie, c’est-à-dire d’une mauvaise oxygénation du sang. Un adulte ou un enfant en bonne santé aura un taux extrêmement faible, voire nul, d’attraper la maladie(3).
  • L’hépatite B ou la rougeole : L’hépatite B ne peut être transmise que par une seringue ou un objet contondant – autrement dit par un échange sanguin avec une personne affectée – et lors de rapports sexuels. Il est donc quelque peu aberrant que le vaccin soit obligatoire pour un nourrisson, au même titre que celui de la rougeole (ROR) qui n’empêche pas  l’enfant de l’attraper.

Non seulement ces vaccins ont une utilité qui reste à démontrer, mais ils peuvent avoir des effets très nocifs sur la santé. Ajoutés à leur composition dès 1920, la plupart de ces injections contiennent de l’aluminium et du mercure, deux puissants neurotoxiques responsables de maladies neurodégénératives(4). Cependant des études accusent les pesticides, l’eau et l’environnement d’être la cause de ces effets secondaires, bien qu’il est important d’alerter sur les dérives nocives à l’égard de notre environnement. Pour le reste, concernant les enfants ou les nourrissons victimes du trouble du spectre de l’autisme, il est pour le moins difficile de justifier leur empoisonnement autrement que par les vaccins. 

De plus, en observant l’historique des vaccins développés à partir de 1879, et l’apparition de ces maladies, le lien de cause à effet est probant. En effet, la maladie d’Alzheimer sera reconnue en 1906, soit moins de 30 ans après et ne cesse depuis de se développer, au même titre que les allergies – terme utilisé pour la première fois la même année. La découverte de la maladie de la sclérose en plaque est antérieure à la vaccination mais est, en revanche, en constante évolution depuis un siècle. Une augmentation de 65% suite à la vaccination contre l’hépatite B en 1994 a été observée(5). L’autisme, quant à lui, a été officialisé en 1943.

Ces maladies dites « modernes » sont formellement provoquées par l’utilisation de produits nocifs, par l’agriculture et la médecine de notre société « moderne ».

Une autre épidémie, étrangement liée à l’historique vaccinal également, fait rage depuis près d’un siècle ; le cancer, qui est en constante et alarmante évolution, plus particulièrement les cancers pédiatriques(6)

 
Il n’est pas chose aisé de faire le lien entre les vaccins dits « classiques » et ces cancers ; c’est la raison pour laquelle leur nocivité est difficilement établie.
 
Pourtant, quand il est question des animaux de compagnie, l’aluminium présent dans les vaccins est retiré, comme c’est le cas pour celui des chats, provoquant un sarcome félin, autrement dit un cancer(7) ou pour celui des chiens, classés comme cancérigène de classe 3(8). Chacun sait à ce jour qu’il est préférable de ne pas utiliser de produits d’hygiène corporelle à base d’aluminium tels que des crèmes, des déodorants, etc… 
Parallèlement, depuis la vaccination massive faite par injection ARNm anti-covid, il est constaté, en plus d’innombrable autres effets secondaires, une augmentation de cas de cancers nommés « cancers fulgurants »(9) et qui, une fois déclarés, tuent en l’espace de quelques mois. Étrangement, en France, il est délicat de trouver les chiffres mentionnant les décès dus au cancer postérieurs à 2018, qui s’élevaient déjà à 157 400 morts.
 
Sur un an, en France, le cancer est responsable de davantage de décès que l’est le covid-19 depuis le début de la « pandémie ».
Le covid et l’injection anti-covid ont des similarités avec l’histoire de la polio. D’une part, le covid et son vaccin sont soutenus par un homme de puissance et d’influence ; Bill Gates(10) et d’autre part, la crédibilité de cette épidémie se joue sur le fait que le « virus » soit isolé. L’institut Pasteur affirme avoir isolé les souches du covid détectées en France(11) en 2019 : « On voit que les cellules s’abîment et se regroupent, ce qui peut être le signe qu’elles ont été infectées. Or, on n’observe pas cet effet cytopathogène pour tous les prélèvements inoculés ; ceci nous a confortés dans le fait que nous avions pu isoler les souches, ce qui a été confirmé par des analyses complémentaires ».
 
Des mots et explications qui paraissent quelque peu incertains et trop insuffisants, tout comme les photos à l’appui dont l’authenticité reste à définir et à garantir.
 
microscope
 
De plus, le test PCR est indispensable dans la propagande épidémique, malgré que sa fiabilité soit remise en doute par plusieurs experts, affirmant que 90% des personnes testés positifs seraient de faux positifs(12) dus aux cycles seuils (CT) nécessaires pour détecter le covid répétés de trop nombreuse fois – une information que même l’OMS confirme à demi-mot(13).
 
Cette malfaçon est sans compter sur la dangerosité de ces tests(14), qui selon le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) ont été élaborés à partir d’un échantillon provenant d’une personne supposée malade, dont les symptômes ressemblaient à ceux du covid(15). 
 
Cela paraît peu fiable alors qu’il semblerait impossible de différencier le covid d’une grippe, d’une angine ou encore d’une gastro-entérite…(16)
 
La virologie figure être, depuis un siècle, toujours aussi incertaine, notamment lorsque l’on prend conscience du traitement que subit un échantillon avant observation au microscope électronique(17) ; fixation, cryofixation, déhydration, intégration de matériaux, métallisation, freeze-fracture ou gel-etch, ion Beam Milling, conductive Coating-ultrathin, etc… ; autant de procédés chimiques et toxiques sur des micro-organismes morts qui interrogent sur la bonne conduite de ces observations.
 
Pour conclure, les injections nous sont vendues comme des élixirs depuis des décennies et génèrent certainement une des plus grandes ressources financières pour les laboratoires pharmaceutiques(18).
 
Elles rapportent d’autant plus à travers la vente de traitements contre les effets secondaires qu’elles engendrent, sans que personne ne les remettent en question et pour lesquelles il est délicat d’obtenir de réelles données, au vu du degré de corruption des institutions(19). Il s’agit de surcroît de solutions proposées pour combattre des pandémies basées sur des recherches scientifiques dont l’indépendance et la transparence paraissent incertaines.
 
Ces injections comportent d’énormes risques pour la santé de nos enfants et celle de tous, à court et long terme. Sans oublier d’une part les conflits d’intérêts de certains médecins et d’autre part les risques pour leur carrière qui incombent aux médecins encore honnêtes de prendre la responsabilité de déclarer officiellement les effets secondaires. Comprenez que subir des effets secondaires est le combat d’une vie, physiquement mais aussi juridiquement comme cela a été le cas pour cette secrétaire médicale vaccinée en 1994 contre l’hépatite B et qui, seulement au bout de 20 ans de procédure contre l’état, a finalement été indemnisé de 190 000 € à la suite de ses effets secondaires graves(20). Ainsi est le prix d’une vie aux yeux de l’État et la justice française. Tout ça nous amène à nous poser certaines questions : 
 
Pouvons-nous imaginer que la virologie ait été fomentée dans l’unique but de promulguer des vaccins ?
N’y aurait-il pas d’autres moyens que les vaccins de prévenir les maux de façon durable et sans danger ? 
 

La rédaction

Sources :

(1) Sott. « Toxicologie contre Virologie : L’Institut Rockefeller et la fraude criminelle de la polio ». Publié le 31 juil 2022. Consulté le 17 août 2022 sur https://fr.sott.net/article/40467-Toxicologie-contre-Virologie-L-Institut-Rockefeller-et-la-fraude-criminelle-de-la-polio

(2) Santé publique France. « Tétanos en France : données épidémiologiques 2021 ». Publié le 14 avr 2022. Consulté le 17 août 2022 sur /www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/tetanos-en-france-donnees-epidemiologiques-2021

(3) Santé magazine. « Tétanos : tout savoir sur cette grave infection bactérienne ». Mis à jour  le 2 août 2022. Consulté le 17 août 2022 sur www.santemagazine.fr/sante/fiche-maladie/tetanos-177733

(4) Réseau environnement santé. « Des métaux toxiques dans les vaccins, Un dangereux mélange des genres ». Consulté le 18 août 2022 sur  http://reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2016/01/20121218_DP_Adjuvants_vaccinaux.pdf

(5) Le quotidien du médecin. « Une augmentation de 65 % de SEP après le pic de vaccination contre l’hépatite B en 1994 ». Publié le 1 janv 2014. Consulté le 18 août 2022 sur www.lequotidiendumedecin.fr/archives/une-augmentation-de-65-de-sep-apres-le-pic-de-vaccination-contre-lhepatite-b-en-1994

(6) Le Monde. « L’Etat doit considérer l’épidémie de cancers pédiatriques comme une urgence sanitaire ». Mis à jour le 26 janv 2022. Consulté le 18 août 2022 sur www.lemonde.fr/sante/article/2021/12/28/l-etat-doit-considerer-l-epidemie-de-cancers-pediatriques-comme-une-urgence-sanitaire_6107534_1651302.html

(7) Vaccin Sans Aluminium. « Le saviez-vous ? Les chats ont droit à des vaccins sans aluminium ! ». Publié le 8 août 2014. Consulté le 20 août 2022 sur www.vaccinssansaluminium.org/le-saviez-vous/

(8) Mon ami le chien. « Risques de Vaccination du chien : ce que l’on ne vous dit pas ». Consulté le 20 août 2022 sur https://mon-ami-le-chien.com/article/risques-de-vaccination-chien/#vaccins-inactives-et-adjuvants

(9) Rumble. « Pathologist Ute Kruger: COVID Vaccines & Turbo Cancer (Pathological Evidence With English Subtitles) ». Publié le 4 août 2022. Consulté le 18 août 2022 sur https://rumble.com/v1eth6h-pathologist-ute-kruger-covid-vaccines-and-turbo-cancer-pathological-evidenc.html

(10) France Info. « Covid-19 : “J’ai dépensé des milliards sur les vaccins pour sauver des millions de vies”, réagit Bill Gates ». Publié le 6 mai 2022. Consulté le 19 août 2022 sur www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/bill-gates-jai-depense-des-milliards-sur-les-vaccins-pour-sauver-des-millions-de-vies_5122819.html

(11) Institut Pasteur. « L’Institut Pasteur isole les souches du coronavirus 2019-nCoV détecté en France ». Publié le 31 janv 2020. Consulté le 19 août 2022 sur www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/institut-pasteur-isole-souches-du-coronavirus-2019-ncov-detecte-france

(12) New York Times. « Your Coronavirus Test Is Positive. Maybe It Shouldn’t Be ». Mis à jour le 3 juil 2021. Consulté le 19 août 2022 sur www.nytimes.com/2020/08/29/health/coronavirus-testing.html

(13) WHO. « Avis de l’OMS à l’attention des utilisateurs de tests de diagnostic in vitro 2020/05 ». Publié le 20 janv 2021. Consulté le 19 août 2022 sur www.who.int/fr/news/item/20-01-2021-who-information-notice-for-ivd-users-2020-05

(14) Bit Chute. « Pandemic Lies Continued. PCR Tests, What Makes You Sick ». Publié le 6 août 2021. Consulté le 19 août 2022 sur www.bitchute.com/video/W9hmIc91RYoy/

(15) FDA. « CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel ». Publié le 21 juil 2021. Consulté le 19 août 2022 sur www.fda.gov/media/134922/download

(16) Journal des Femmes. « Symptômes Covid : des nouveaux avec BA5, diarrhée, durée ». Publié le 29 juil 2022. Consulté le 19 août 2022 sur https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2630075-symptomes-covid-nouveaux-variant-ba5-duree-long/

(17) Techno Science. « Microscope électronique – Définition et Explications ». Consulté le 19 août 2022 sur www.techno-science.net/glossaire-definition/Microscope-electronique-page-2.html

(18) L’Express. « Vaccins : pour les laboratoires (surtout Pfizer), l’argent coule à flots ». Publié le 13 mai 2021. Consulté le 19 août 2022 sur https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/vaccins-pour-les-laboratoires-surtout-pfizer-l-argent-coule-a-flots_2155776.html

(19) Crowd Bunker. « CSI n°62: Surya Arby – 18/08/2022 FOIA ». Publié le 19 août 2022. Consulté le 20 août 2022 sur https://crowdbunker.com/v/FTmcFXFJ

(20) RTL. « Vaccin contre l’hépatite B : l’État condamné à indemniser une secrétaire médicale » Publié le 26 décembre 2017. Consulté le 19 août 2022 sur www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/vaccin-contre-l-hepatite-b-l-etat-condamne-a-indemniser-une-secretaire-medicale-7791588058

 
fichier-pdf

Laisser un commentaire