Stérilisation : crime contre l’humanité

femmes problèmes menstruations fécondité

À l’aube d’une société qui se qualifie de « moderne », dans laquelle le temps manque et où les injonctions se font de plus en plus pressantes ; la culture globale s’intensifie autour de valeurs capitalistes au préjudice de mœurs sociales qui étaient pourtant le socle de nos civilisations. Le dogme de l’hyper consumérisme – qu’il soit sexuel, matériel ou encore numérique – a naturellement poussé les humains vers la destruction d’un grand nombre d’idéologies conservatrices, notamment celle du foyer. De l’importance des « j’aime » des réseaux sociaux au détriment des relations sociales et de l’ensemble des valeurs morales qui les définissent, jusqu’à l’hypersexualisation de nos cultures, en passant par les tendances d’« empowerment » extrême de la femme vis-à-vis de l’homme et de la volonté de castrer ces derniers ; nombreux sont les efforts dans l’abolition des liens sociaux qui unissaient jusqu’alors l’homme et la femme. Le nouveau récit autour de la crise écologique impliquant une culpabilisation supplémentaire autour de la mise au monde d’un enfant ne vient que renforcer la tendance souhaitée : une dépopulation maîtrisée de la planète.  

En effet, et les chiffres sont alarmants, le taux de natalité, en France notamment, s’effondre(1). Plusieurs raisons expliquent cette baisse de natalité. Tout d’abord, des discours anxieux autour du VIH et autres MST par exemple – et dont les campagnes de sensibilisation sur l’utilisation de préservatif ont largement contribué à la baisse de la natalité – ont provoqué une véritable psychose autour de l’accouplement. 

Il semblerait cependant que l’instrumentalisation de la société et autre narratif de la peur n’en soit pas l’unique cause puisque une baisse physiologique de la fertilité et de la fécondité sont constatées chez la femme et chez l’homme. Les raisons multiples sont directement imputables au tabac, à l’alcool et aux drogues ainsi qu’aux polluants qui, au-delà d’avoir un impact transgénérationnel, perturbent les cycles reproductifs.

Aussi, les aliments – dont il est estimé que 90% n’existaient pas il y a 100 ans – et les OGM qui les composent, sont responsables de la baisse de fertilité des humains. Enfin, les emballages, cosmétiques, détergents, traitements phytosanitaires, pesticides, médicaments, microparticules ou nanomatériaux sont tous composés de polluants.

Ces polluants, appelés perturbateurs endocriniens, agissent directement sur toutes les étapes de la procréation, de l’ovule ou le spermatozoïde jusqu’au nouveau-né(2). En effet, de nombreuses études viennent faire état de la dégradation de nos appareils reproducteurs comme en témoigne Corinne Lalo dans son livre « Le grand désordre hormonal. Ce qui nous empoisonne à notre insu. » et qui relate que depuis 1945, soit en l’espace de trois générations, l’homme produit 70% de moins de concentration de spermatozoïdes. De même, l’utilisation de pilule contraceptive inquiète puisqu’elle est un perturbateur hormonal, de surcroît cancérigène (+35% de chance de développer un cancer)(3) et qui est, en dépit de son classement officiel par l’OMS comme tel, préconisée à grande échelle.

En 2012 pourtant, le gouvernement français prétend prendre des mesures sur le sujet en investissant de large fonds publics dans l’optique de proposer des « stratégies » qui, en 2022, n’ont abouti à aucun changement véritable(4).

Tout ceci semble n’être que la face visible d’une société rendue stérile par ses dirigeants avec la complicité de grandes instances telles que l’OMS, mais aussi des sociétés agro-alimentaires, des laboratoires pharmaceutiques et des médecins, ainsi que de leaders d’influences que sont Bill Gates, les Rockefellers et bien d’autres encore. Aucun pays n’y réchappe ; du Pérou au Canada, les gouvernements avec l’aide de médecins, ont pratiqué sur des femmes non consentantes une ligaturation des trompes(56). Aussi, des femmes atteintes du SIDA en Namibie, et sous les conseils de l’OMS, ont été stérilisées de force(7). Au Kenya, la Fondation Bill et Melinda Gates et l’OMS sont accusées d’avoir promu un vaccin anti-tétanique, administré uniquement aux femmes et composé de l’antigène HCG, facteur de stérilité(89). Enfin, et dans un registre similaire, Bill Gates est impliqué dans le décès de nombreux nourrissons et la paralysie de centaines de milliers d’enfants dans des pays et continents défavorisés.

Dans nos sociétés occidentales, la majorité des vaccins qui contiennent du sel d’aluminium, perturbateur endocrinien utilisé comme adjuvant, font aussi des ravages(10) ; ce qu’a confirmé à demi-mot l’ancienne ministre de la santé, Marisol Touraine(11). Plus récemment, ce que l’on peut désormais qualifier de « campagne de stérilisation de masse » a eu lieu par le biais de la vaccination anti-covid à travers le monde entier. Des milliers de femmes témoignent effectivement de problèmes souvent très graves liés à leur cycle menstruel, pouvant aller jusqu’à l’ablation de l’utérus. Le collectif « Où est mon cycle ? » – qui référence des milliers de témoignages de femmes atteintes – se bat depuis des mois pour faire entendre la réalité sur ces injections douteuses, face à un gouvernement qui ne cesse de faire la sourde oreille(12)

Cette « vaccination », également très dangereuse pour les femmes enceintes(13), laisse apparaître les effets néfastes qu’elle engendrerait en outre sur les appareils reproducteurs des hommes et qui reste, pour le moins, un sujet tabou et mis sous silence.

Pour conclure, les autorités, en connaissance de cause, ne semblent que faire de nos envies et capacités à procréer. L’objectif des mondialistes – qu’ils ne se privent plus de dévoiler au grand jour – est de réduire la population afin, selon eux, de préserver la nature, selon d’autres, d’accroître le contrôle des masses et ainsi faire prospérer des schémas financiers et modes de consommation en leur faveur. 

Ainsi, demandons-nous :

 
S’en prendre à nos capacités à enfanter n’est-il pas l’acte que l’on pourrait qualifier de plus condamnable ? Pour “sauver la planète”, les lois immuables de la nature et de nos corps n’ont-elles plus aucune importance ? 
 

La rédaction

 

Sources :

(1) Sénat. « Baisse de la natalité en France, 16e législature ». Mis à jour le 29 août 2022. Consulté le 29 août 2022 sur www.senat.fr/questions/base/2022/qSEQ220700311.html

(2) Ameli. « Baisse de la fertilité et de la fécondité : pourquoi ? ». Publié le 4 janv 2022. Consulté le 30 août 2022 sur www.ameli.fr/assure/sante/themes/sterilite-pma-infertilite/baisse-de-la-fertilite-et-de-la-fecondite-pourquoi

(3) Corinne Lalo. Le grand désordre hormonal. Ce qui nous empoisonne à notre insu. Publié en 2021. Editions Cherche Midi

(4) Solidarité Santé Gouv. « Perturbateurs endocriniens ». Mis à jour le 2 juin 2022. Consulté le 30 août sur https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/article/perturbateurs-endocriniens

(5) France Info. « Pérou : le drame des femmes stérilisées de force ». Publié le 25 mai 2018. Consulté le 30 août 2022 sur www.francetvinfo.fr/sante/sexo/perou-le-drame-des-femmes-sterilisees-de-force_2769889.html

(6) L’actualité. « Stérilisation forcée de femmes autochtones : un cas d’eugénisme ? ». Publié le 26 avr 2021. Consulté le 30 août 2022 sur https://lactualite.com/societe/sterilisation-forcee-de-femmes-autochtones-un-cas-deugenisme/ 

(7) Awid. « Les droits des femmes bafoués : stérilisation forcée, régulation démographique et VIH et sida ». Publié le 7 juin 2013. Consulté le 30 août 2022 sur www.awid.org/fr/nouvelles-et-analyse/les-droits-des-femmes-bafoues-sterilisation-forcee-regulation-demographique-et

(8) Je m’informe TV. “Stérilisation des femmes “du Kenya en Inde, Bill Gates coupable de crime contre l’humanité »”. Publié le 11 mai 2020. Consulté le 30 août 2022 sur https://jeminformetv.com/2020/05/11/sterilisation-des-femmes-du-kenya-en-inde-bill-gates-coupable-de-crime-contre-lhumanite/

(9) Cnews. « Stérilisations : l’Inde et le Kenya touchées par deux affaires ». Mis à jour le 14 novembre 2011. Consulté le 30 août 2022 sur www.cnews.fr/sante/2014-11-14/sterilisations-linde-et-le-kenya-touchees-par-deux-affaires-694678

(10) Les Happycuriennes. « Les ingrédients à éviter • Épisode 17 • Les sels d’aluminium ». Publié le 4 sept 2017. Consulté le 30 août 2022 sur https://leshappycuriennes.com/2017/09/04/ingredient-dangeureux-deodorant-sels-aluminium/

(11) Vaccination sans aluminium. « Toxicité de l’aluminium vaccinal : l’état des connaissances scientifiques ». Consulté le 30 août 2022 sur  www.vaccinssansaluminium.org/approfondir/connaissances-scientifiques/

(12) France Soir. « « Il y a une volonté de ne pas savoir »: le collectif « Où est mon cycle » au Parlement européen ». Publié le 5 avr 2022. Consulté le 30 août 2022 sur www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/ou-est-mon-cycle-parlement-europeen

 

(13) PG Ibertie. « Données cachées ESSAI PFIZER, un nouveau scandale 30% des femmes enceintes après la première dose ont perdu leur bébé ». Publié le 18 août 2022. Consulté le 30 août 2022 sur https://pgibertie.com/2022/08/18/donnees-cachees-essai-pfizer-un-nouveau-scandale-44-des-femmes-enceintes-apres-la-premiere-dose-ont-perdu-leur-bebe/

fichier-pdf

Laisser un commentaire