Au revoir vilain petit canard

Alors que les gouvernements usent de pressions sur les populations depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis la crise sanitaire, débute aujourd’hui une nouvelle ère ; celle du contrôle de l’information. En effet, il va s’en dire qu’une guerre de l’information terriblement violente se déroule sous nos yeux.

L’expression guerre de l’information ou infoguerre, est une combinaison d’actions humaines ou technologiques destinées à l’appropriation, la destruction ou la modification de l’information. Elle se décline en trois logiques, par, pour et contre : manipulation de la connaissance, maîtrise des canaux de diffusion et interdiction d’émission. Dans un contexte de guerre économique, la maîtrise des techniques d’infoguerre est au cœur des interrogations stratégiques des acteurs(1).

Du fact-checker aux lanceurs d’alertes en passant par d’autres supports que sont les films, les séries, les livres, les documentaires, etc ; la plupart des informations délivrées ont pour unique intérêt d’influencer, de persuader avec les sentiments ou encore de convaincre avec la raison. Il est naturel de penser que tout ce cirque suit une même et unique intention ; celle de “rapporter la vérité”. Pourtant, il n’est pas aisé d’admettre que des événements bien plus inquiétants se trament. 

Si vérité il y a, il est important de se rapprocher au plus près de la source, de la partager le plus fidèlement possible, dans le respect de l’auteur et du récepteur de l’information, sans aucune interprétation au préalable. De plus, et aussi importants soient-ils, les biais cognitifs ont pour effet de distordre naturellement une information dans sa compréhension.

Bien conscients de ces mécanismes, les décideurs usent de toutes sortes de moyens pour altérer une information ; des médias subventionnés qui osent faire des démonstrations de bombe nucléaire en utilisant des images de jeux vidéo(2), ou encore Mark Zuckerberg qui recrute des équipes de fact-checker(3) en sont les parfaits exemples. Aussi, Google s’est associé avec les Nations Unis pour diffuser en priorité les informations de celles-ci(4) et a par la suite financé une quarantaine de médias européens(5) pour augmenter la force de frappe de leur visibilité. Enfin, les Rockefeller ont directement subventionné des scientifiques pour que le récit autour de la crise sanitaire liée au Covid-19 soit plus convaincant(6).  

Cela va plus loin encore, l’AFP (Agence France Presse) créée ses propres « informations« (7) comme le ferait un producteur de film à l’instar des États qui dépensent l’argent du contribuable dans des armées de “Trolls”(8) pour déformer, influencer, manigancer, inciter sa population à faire ce qu’ils attendent d’elle. Et comme si cela ne suffisait pas, vient s’ajouter à ces mécanismes de déformation de la réalité, le « DeepFake »(9), à savoir des contenus faux (enregistrement vidéo ou audio réalisés ou modifiés) qui sont rendus profondément crédibles par l’intelligence artificielle. 

En bref, force est d’admettre que de nos jours, « information » et « propagande » sont devenus des mots que l’on peine à dissocier.

Néanmoins, le passage de l’information à la moulinette ne s’arrête pas là. Une fois diffusées, les lanceurs d’alertes s’approprient les informations qui les intéressent pour leurs réseaux. Dans certains cas, l’information n’est pas traitée, elle est simplement partagée sans aucune expertise de sa véracité. Dans d’autres cas, l’information est ciblée, parfois réécrite dans le but de se conforter dans leurs prismes et points de vue ou encore de manipuler. 

Qu’ils s’agissent des divers États ou encore des lanceurs d’alertes, les conséquences sans doutes volontaires de cette guerre de l’information sont que les intérêts et les égos ont tellement pris le pas sur le reste, que la recherche de la connaissance est devenue la quête du mensonge ; il devient quasiment impossible de discerner la vérité au point où la réalité elle-même peut également être remise en question

En janvier 2022, l’aventure du journal “Le Globe”, fondé par une petite équipe déterminée partageant des convictions similaires, a débuté. L’objectif étant celui de retranscrire à ceux qui s’interrogent l’information la plus éclairée et la plus pédagogique possible, en émettant des questionnements, en sourçant l’ensemble des informations partagées et sans jamais prétendre détenir le postulat.

Notre engagement fut incommensurable, constamment en quête de la vérité et de la meilleure façon de la retranscrire. 

Pour autant, le constat est sans appel : nous sommes désormais entrés dans le virage de la connaissance ; il devient en effet délicat de confirmer les informations et c’est la raison pour laquelle une décision complexe a été prise.

Le Globe ne sera plus un journal mensuel tant il n’est pas chose aisée de traiter les informations. La largesse de la manipulation est telle qu’il nous est parfois impossible de différencier le vrai du faux. Et pour des raisons éthiques, de cohérence et de confiance, nous avons fait le choix de faire vivre nos articles de façon virtuelle et spontanée, tout en vous garantissant une objectivité la plus recherchée possible.  

Nous remercions tous nos lecteurs et toutes les personnes qui nous ont aidé et participé dans la rédaction et la diffusion.

Pour finir, nous vous invitons à nous rejoindre sur notre canal Telegram “Le Globe” (@LeGlobeJournal).

Avez-vous déjà imaginé que tout puisse être faux ?

 

                                                                                                            La rédaction

                                                                                                                             

 

Source :

(1) Portail de l’IE. “Guerre de l’information”. Consulté le 01 oct 2022 sur

https://portail-ie.fr/resource/glossary/97/guerre-de-linformation

 

(2)Tik Tok. “La boulette de LCI sur les mini bombes russes”. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://in.tiktok.com/@geekozor/video/7146212034047216901?is_from_webapp=v1&item_id=7146212034047216901&lang=bn-IN

 

(3) Clubic. “Facebook recrute des fact-checkers « maison »”. Publié le 11 juin 2018. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://www.clubic.com/internet/facebook/actualite-844011-facebook-recrute-fact-checkers-maison.html

 

(4) Nation Unis. “Google s’associe avec les Nations Unies pour des informations climatiques vérifiées”. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://www.un.org/fr/climatechange/google-search-information

 

(5) 20 minutes. “Google va financer une quarantaine de médias européens, dont 8 français””. Publié le 29 sep 2022. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://www.20minutes.fr/high-tech/4002913-20220929-google-va-financer-quarantaine-medias-europeens-dont-8-francais

 

(6) Uncut- News. “Verfeinerung der Impf-Propaganda! Rockefeller-Stiftung will, dass Verhaltenswissenschaftler überzeugendere COVID-Impf-Erzählungen ausarbeiten”. Publié le 29 août 2022. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://uncutnews.ch/verfeinerung-der-impf-propaganda-rockefeller-stiftung-will-dass-verhaltenswissenschaftler-ueberzeugendere-covid-impf-erzaehlungen-ausarbeiten/

 

(7) Le Monde. “Comment fonctionne le service de « fact-checking » de l’AFP”. Mis à jour le 24 août 2018. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2018/08/23/a-l-agence-france-presse-plongee-dans-le-service-fact-checking_5345538_4832693.html

 

(8) Ina. “« 48 pays pratiquent le trolling commandité par l’État »”. Mis à jour le 06 sept 2021. Consulté le 03 oct 2022 sur 

https://larevuedesmedias.ina.fr/48-pays-pratiquent-le-trolling-commandite-par-letat

 

(9) Facebook. “Les « deepfakes », une nouvelle forme de manipulation | Journal | ARTE”. Consulté le 03 oct 2022 sur

https://pt-br.facebook.com/artetv/videos/les-deepfakes-une-nouvelle-forme-de-manipulation-journal-arte/428559540976812/

Laisser un commentaire