La mare aux canards : Les opposants des opposants aux opposants

Alors que de plus en plus de personnes remettent la parole des différents gouvernements en doute, l’expression « opposition contrôlée » fait progressivement sa place dans le langage courant.

Pourtant, ces deux mots combinés ne sont pas français. Cette expression a été inventée par les opposants au système pour désigner ceux qui exercent une influence en prétendant faire partie de cette même opposition, alors qu’ils servent en réalité, la trame officielle. 

Cette association de mots politiquement corrects est popularisée par les mêmes personnes que ces mots dénoncent, sûrement avec l’intention d’atténuer leur implication ou de décrédibiliser celui qui les emploie. En effet, le mot collaborateur serait le terme français approprié.

Ce mot étant rattaché à de mauvais souvenirs, cela pourrait aussi être une raison éventuelle pour laquelle il a été remplacé. Néanmoins tout ce qu’il représente est à la hauteur de ce qu’il dénonce.

 “Action de collaborer, de participer à une œuvre avec d’autres(1)

Que ce soit “opposition contrôlée” qui n’est pas défini ou bien “collaborateur” qui a subi des détournements historiques, il est important de définir ce qu’ils signifient objectivement :

  • Personne ou un groupe de personnes ayant infiltré une opposition. 
  • Censurer ou donner de façon volontaire une mauvaise information, dans le but d’influencer le plus grand nombre, ou encore orienter ou anéantir toutes actions possiblement réfractaires. 
  • Censurer par tous les moyens celui, celle ou ceux qui apportent la contradiction
  • Se servir d’une cause à des fins lucratives.
  • Simuler l’action au service d’une cause tout en agissant secrètement à son encontre.

Ces termes étant définis, il n’en reste pas aisé d’identifier les protagonistes, particulièrement dans tous ces clivages. 

Pour cela, il est nécessaire de s’ancrer dans une dynamique d’observation intensifiée, de se détacher de ses dogmes et de ses peurs et de confronter les informations et les interlocuteurs qui les délivrent entre eux. Parfois les indices sont aisés à discerner mais dans certains cas, il vaudra mieux se fier uniquement à son analyse et à son instinct

Cependant, quelques indices peuvent être utiles :

Il est clair maintenant que tout magistrat, média subventionné ou personnalité politique, de gauche comme de droite, de France comme de l’autre bout du monde, sont des collaborateurs et voire même des instigateurs pour la majorité d’entre eux. À défaut justement de les servir, il suffit d’observer qu’aucun ne ralenti ou ne va à l’encontre des évènements

En revanche, comprendre qui manipule dans les rangs de l’opposition s’avère être une tâche plus complexe. 

Tout d’abord, il est bon de s’intéresser de près à ceux qui, de façon assumée ou non, tirent profit de cette crise, au même titre que ceux qui sont financés (conflit d’intérêt). 

Également, ceux-là qui se donnent le rôle de héros ou de lanceurs d’alertes, qui se flattent d’agir alors qu’ils ne prennent en réalité aucun risque tangible et se contentent de transmettre la peur, qui dénoncent une partie de la vérité en crédibilisant l’autre partie, etc ; en sont les parfaits exemples. 

S’ajoutent à cela, les personnages qui n’étaient pas connus et qui du jour au lendemain sont considérés comme des célébrités ou, dans un même registre, qui n’étaient pas ou peu connus et qui par l’intervention d’un média subventionné, une arrestation arbitraire, ou par les attaques d’un homme politique, se voient propulsés sur le devant de la scène

Aussi, les individus qui, par leurs actions, ne font qu’accompagner leurs partisans dans une voie de garage.

Il est important de comprendre que les rôles de ces “collabos” ont toute leur importance, bien que certains aient tendance à les “excuser” pour leurs actions passées. Ils jouent avec les émotions de leur auditoire. Des personnes qui ont confiance et pour qui se rendre compte de la supercherie pourraient en être fragilisé voir même désemparé ne sachant plus à qui ils peuvent ou doivent faire confiance. Spécialement, lorsque pour gagner une notoriété et la confiance de tous, ces “collabos” sont obligés de divulguer des informations capitales, les rendant encore plus perfides. De plus, à chaque nouvelle théorie crédible et fondée, il y sera placé subtilement des infiltrés qui essaieront d’accaparer le sujet le plus rapidement possible.

Pour conclure, le chemin du savoir et de la connaissance est un chemin semé d’embûches et de déceptions. Gardons à l’esprit que LA vérité dans le sens le plus noble du terme est certainement illusoire. Si vérité il y a, cette dernière sera profonde, parfois délicate à entendre, et finalement très personnelle, subjective. 

Cependant, notons que lorsque la connaissance semble difficile à déceler et à encaisser et que les efforts pour vous en éloigner vous sont perceptibles, c’est le signe alors que vous vous approchez d’une éventuelle vérité.

 Savez-vous si cette personne est digne de confiance ?

 

                                                                                                           La Rédaction

Source :

(1) Larousse. « Définitions collaborateur ». Consulté le 21 septembre 2022 sur

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/collaboration/17137

Laisser un commentaire